1ERE DÉMONSTRATION DE SUIVI EN CONVOI MILITAIRE INTEROPÉRABLE

VEDECOM a réuni, pour le compte du Battle Lab Terre, plusieurs industriels français de la Défense terrestre. Objectif :
mettre en œuvre un convoi autonome de véhicules en mode multi-Follow Me derrière un véhicule de tête. La perspective
à terme est de déployer des convois autonomes interopérables sur les théâtres d’opérations en intégrant les
contraintes du domaine de la défense. Les partenaires du projet étaient NEXTER Robotics, ARQUUS et CNIM.

1ère démonstration de suivi en convoi militaire interopérable
Suivi en convoi militaire

Un partenariat inédit lancé il y a un an.
VEDECOM a été missionné en tant que tiers de confiance et Institut de R&D expert sur le thème du véhicule autonome
et électrique. L’Institut de Transition Énergétique dispose en effet à Versailles, dans le quartier de Satory, de
plateformes et d’équipes de recherche dédiées à ces deux domaines ainsi qu’aux nouvelles solutions de mobilité.
Situé au cœur du « cluster des mobilités innovantes » porté par le Département des Yvelines, VEDECOM anime un
important écosystème, intégrant Nexter et Arquus.
Un consortium entre l’institut de recherche VEDECOM, VEDECOM Tech et les industriels NEXTER Robotics, ARQUUS
et CNIM a été mis en place. Ce projet commun, intitulé MC² pour « Micro-convoi au contact », a été coordonné par sa
filiale commerciale VEDECOM Tech.
Le rôle de VEDECOM Tech était double : coordonner l’ensemble des acteurs pour mettre en œuvre un convoi
interopérable puis réaliser l’évaluation dynamique du convoi. Le second volet permet notamment d’objectiver le
comportement de chacun des véhicules dans le convoi, de statuer sur l’état de l’art et d’identifier des axes de progrès.
Après la phase de mise au point des briques technologiques, le projet s’est concrétisé par une démonstration devant
les représentants de l’Armée et de l’État. Celle-ci s’est tenue le 28 janvier 2021 sur les pistes d’essais de Versailles-
Satory.

Des véhicules et robots divers réunis par la technologie « Follow-me »
Le convoi a mis en oeuvre quatre types de véhicules :

  • un Sherpa Light, mis à disposition par Arquus, véhicule leader
  • le Robot-LAB, sur base PVP, mis à disposition par Arquus, véhicule suiveur
  • le robot-mule Optio, mis à disposition par Nexter Robotics, véhicule suiveur
  • un robot-Mule Themis 4.5, mis à disposition par CNIM, véhicule suiveur
    Les trois véhicules suiveurs étaient équipés de briques technologiques dénommées « Follow Me », permettant à
    chaque robot de suivre le véhicule devant lui, le « véhicule cible ». Dans le cas du convoi « multi-follow Me », chaque
    robot s’attèle virtuellement et adapte de façon autonome sa trajectoire et sa vitesse afin de former le convoi. Chaque
    véhicule construit ainsi sa propre trajectoire.
    Il faut bien distinguer la technologie « Follow me » du platooning, terme consacré pour des convois autonomes lorsque
    tous les véhicules doivent rejouer une même trajectoire (par exemple à travers une trace GPS) et avec une consigne
    de vitesse gérée de manière globale.

Une exigence d’interopérabilité et d’interchangeabilité
Le projet MC² vise à démontrer l’interopérabilité sur deux axes majeurs : hétérogénéité des véhicules et
interchangeabilité des robots dans le convoi.
Concernant l’hétérogénéité des véhicules, le convoi combinait à la fois un véhicule tactique 44 de 11 tonnes, capable de rouler à 110km/h, un véhicule de reconnaissance 44 de 5,5 tonnes dont la robotisation permet de rouler à 20km/h
et 2 robots mules chenillés multi-usages de 2 tonnes capables de rouler à 18km/h.
Deux configurations de convoi ont été mise en œuvre afin de démontrer la capacité des robots à s’atteler à différents
véhicules.

Évaluation dynamique
Afin d’évaluer le comportement dynamique du convoi, VEDECOM Tech a utilisé la technologie Ultra Wide Band (UWB).
La zone d’évolution des véhicules a été définie et équipée avec des émetteurs fixes géolocalisés appelés « ancres ».
Les véhicules, quant à eux, ont été équipés de récepteurs permettant de se positionner dans le référentiel formé par
les ancres.
L’ensemble des données de localisation a été enregistré en temps réel. Le post-traitement permet de caractériser le
comportement dynamique du convoi :

  • vitesse de chaque véhicule
  • inter-distance entre les véhicules
  • écart latéral à la trajectoire des robots

Statuer sur l’état de l’art en France et accroître la sécurité des forces
Cet évènement marque la première étape en France du développement de convois autonomes (« platooning » en
anglais) interopérables répondant aux exigences militaires et capables d’opérer en milieu déstructuré. Les principaux
objectifs de cette démarche sont d’accroitre la sécurité des forces en optimisant la logistique, et de recentrer les
ressources humaines sur l’opérationnel. Parmi les applications envisagées : des convois logistiques autonomes
longue distance ou des convois polyvalents autonomes du dernier kilomètre.

Partenaires et porte-paroles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *