Ces villes qui interdisent les trottinettes

Restrictions, sélections d’opérateurs et… interdictions ! Découvrez les villes qui interdisent les trottinettes en libre-service.

Les trottinettes électriques se sont démocratisées notamment avec l’apparition des trottinettes en libre-service. Ces dernières, apparues subitement, ont surfé sur un flou juridique portant autant sur leurs conditions d’implantation que sur les règles de sécurité et de circulation auxquelles elles sont soumises. Les collectivités ont désormais rattrapé leur retard et fourni des réglementations précises quant à leur utilisation, certaines allant jusqu’à les interdire. En effet, de nombreuses infractions et dérives d’utilisation sont constatées portant atteinte à la sécurité de l’usager et des autres citoyens : stationnement gênant voire dangereux, non-respect du code de la route, circulation sur les trottoirs à une vitesse élevée, pas d’équipements de sécurité (casque et gilet jaune) …

Ces infractions peuvent provoquer des accidents mortels, comme il en a été recensé dans certains pays (France, Etats-Unis…), et motivent certaines villes à interdire les trottinettes. D’autres facteurs peuvent rentrer en compte comme la dégradation de l’espace public (trottinettes renversées, accrochées ou retrouvées dans des lieux inappropriés). Résultat : des règles qui se durcissent pour les opérateurs de ces services !

A ces mesures, qui affectaient déjà les opérateurs de mobilité, s’ajoute le contexte actuel mondial lié au Coronavirus. En effet, les mesures de confinement empêchent logiquement l’utilisation des trottinettes partagées et impactent directement les perspectives de développement de ce marché jusqu’alors en voie de rentabilité. De nombreux opérateurs ont désactivé leurs services pour limiter leurs coûts. Licenciements, perte de chiffre d’affaires … qui restera-t-il après la tempête Corona ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *