Quels phénomènes de consolidation de marché dans le secteur de la mobilité ?

Le secteur des nouvelles mobilité évolue à grande vitesse ! Entre fusions, rachats, abandons de marché : la consolidation du secteur des mobilités est en marche.

En perpétuelle mutation, le secteur des mobilités est caractérisé par une forte demande puisque nous sommes tous usagers de différentes solutions de mobilité. Cela en fait un terrain de lancement de nouveaux services et d’expérimentations sur lesquels se positionnent une multitude d’acteurs en recherche d’utilisateurs fidèles et de modèles économiques pérennes. Après les essais vient le temps du bilan et des actions à engager : mon modèle économique est-il viable ? Ai-je les ressources disponibles pour en changer ? Telles sont les questions auxquelles un acteur sur le marché des nouvelles mobilités est amené à répondre pour décider en conséquence de poursuivre son activité, de l’arrêter ou d’en changer les fondements.  

Ce processus de « sélection naturelle » donne lieu à ce qu’on appelle la « consolidation de marché » : le nombre d’acteurs se réduit, offrant à ceux qui restent la taille critique et potentiellement une meilleure rentabilité.  

Tour d’horizon des mouvements qui participent à la consolidation du marché parisien dans différentes catégories de solutions de mobilité : 

  • Trottinettes :  

Avec un matériel plus robuste, l’optimisation des processus de maintenance et de recharge, des prix à la hausse et des appels d’offre réduisant la concurrence au sein des villes,certains acteurs ont réussi à dégager des marges positives quand d’autres n’ont eu d’autre choix que de se retirer.

La société B Mobility rencontre des difficultés sur certains marchés et quitte le marché parisien pour réévaluer ceux sur lesquels elle souhaite être présente. 

Bird rachète Circ qui rencontrait également des difficultés. Reste à voir si Bird absorbera totalement Circ ou laissera le service continuer en propre en étant juste exploitant de celui-ci. En tout cas, cela confère à Bird un net avantage dans le cadre de l’appel d’offre de Paris.

  • Vélos :  

De nombreux services de vélos en free floating ont disparu aussi subitement qu’ils étaient apparus dans la capitale. C’est le cas de Gobee.bike, Ofo ou encore oBike. La faute à des déploiements de flotte trop ambitieux et rapides induisant des problèmes techniques sur les vélos qui, associés au vandalisme, impliquent des coûts de maintenance faramineux.

Donkey Republic, qui était pourtant novateur avec son système de vélos en point de collecte et dépose, s’est retiré de la capitale lui aussi en avançant un manque de ressources et sa volonté de se concentrer sur d’autres marchés. On ne compte désormais plus que sur 3 services pour se déplacer en vélo à Paris : Vélib’, Jump et Mobike.  

  • Scooters  

Les scooters en libre-service ont fait moins de vagues que les vélos et les trottinettes lors de leur déploiement : ils sont moins soumis aux dégradations et aux plaintes des citoyens. Les deux principaux acteurs opérant à Paris, Coup et Cityscoot, se sont affrontés pendant quelques années avant que Cityscoot l’emporte avant les grèves de décembre 2019… En effet, Coup annonce son retrait de Paris et la cessation de son activité en invoquant un marché très concurrentiel et des coûts élevés menaçant la viabilité du service. Ce qui laisse un monopole au français Cityscoot pour mener sa barque vers une activité pérennisée. Cityscoot vient par ailleurs de relever sa grille tarifaire…simple coïncidence ? 

  • Autopartage  

Concernant le free floating, les services sont lancés et soutenus par des acteurs aux reins économiquement plus solides comme des constructeurs. La consolidation du marché peut prendre plus de temps. On observe cependant des phénomènes de rapprochement qui vont en ce sens. C’est le cas de BMW et Daimler qui développent et lancent en commun toute une gamme de services de mobilité dont ShareNow pour l’autopartage issu du rapprochement de DriveNow et Car2Go.  

Côté location entre particuliers, Getaround avait racheté Drivy, ce qui en avait fait un géant mondial de l’autopartage. Ce faisant, il renforcait les positions de celui-ci sur le marché français face à OuiCar et GoMore. GoMore qui ferme actuellement sa branche française de location entre particuliers suite à une fusion avec une entreprise néerlandaise. L’entreprise indique avoir eu du mal à s’implanter sur un marché saturé et connu des résultats déficitaires. GoMore poursuit tout de même son activité de leasing traditionnelle. 

Ainsi,cette consolidation progressive des différents segments de solutions de mobilité laisse entrevoir des axes de rentabilité qui reposent sur une plus grande communauté d’utilisateurs à se partager et des ressources plus importantes pour soutenir le coût des activités et futurs développements.


2 thoughts on “Quels phénomènes de consolidation de marché dans le secteur de la mobilité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *